Stage de formation /// Diversifier les usages du numérique /// Académie de Créteil

Le lycée Eugénie Cotton à Montreuil a accueilli en décembre 2017 un stage de formation de trois journées autour des enjeux du design graphique avec le numérique à destination d’une douzaine d’enseignants en arts appliqués de l’académie de Créteil. Ce dernier était organisé par l’équipe de la revue de recherche Back Office (Kévin Donnot, Élise Gay et Anthony Masure), dédiée aux relations entre le design graphique et les pratiques numériques.

Contenus du stage de formation
Les contenus de ce stage de formation prenaient en compte l’inscription des participants dans des formations relatives au design graphiques. En parallèle d’éclairages théoriques, des retours d’expérience furent développés sur des projets de design mettant en œuvre des complémentarités de supports : imprimé, écran, espace.
Après un travail de définition de ce que peut recouvrir le terme générique de « numérique » (encodage, culture, pratiques, économie, matériel, esthétique, etc.), il s’est agi de déterminer comment les enseignements du design peuvent dépasser la simple formation à des logiciels standards et/ou propriétaires. Comment repenser les environnements techniques à une époque où apparaissent de multiples initiatives visant à ouvrir des systèmes brevetés ou inaccessibles ? Comment penser un enseignement au fait de cette richesse et de ces défis ?

Formats d’intervention
Ce stage de formation de trois journées (18h au total) abordait, dans un temps resserré, tant des enjeux généraux liées à la compréhension du numérique comme « culture » que des questions pratiques liés à son apprentissage dans le contexte du design en faisant alterner plusieurs formats de discussion :
1/ Conférences synthétiques abordant des enjeux historiques et théoriques du numérique, par exemple : développement de l’informatique personnelle, travail de ces techniques par les artistes et les designers, valeurs sociales et morales inscrites dans les codes source des logiciels, économie du numérique, etc.
2/ Études de cas et retours sur des expériences pédagogiques menées dans divers contextes et niveaux d’étude (Éducation nationale, écoles d’art, universités) afin d’examiner différentes façons d’apprendre le numérique (workshops, cours sur l’année, fablabs d’école, partenariats, etc.).
3/ Ateliers de réflexion sur des aspects pratiques liés à l'apprentissage du numérique. Exemples de questions : Quels logiciels faut-il (faire) apprendre ? Comment faire cours à des étudiants qui en savent plus que soi ? Comment gérer des niveaux différents ? Où trouver des ressources ? Quelle place pour les logiciels libres ? etc.

Bilan du stage
Il apparaît que ce stage, qui aborde principalement l’histoire et la culture numérique, peut facilement être adapté à d’autres publics : enseignant/e/s en bac STD2A, mais aussi d’autres champs que le design graphique : design d’objet, de mode, d’espace, etc. Il peut également être adapté dans d’autres académies en tenant compte des spécificités des diplômes à échelle locale (DN MADE et DSAA). La durée du stage peut aussi, suivant les besoins, être repensée (plus ou moins longue, intégrant ou non une initiation à la programmation). Des aspects pourraient être approfondis sous forme de workshops pratiques (apprentissage technique de la programmation dans le cadre d’une pratique de design, construction de séquences pédagogiques, etc.). Les formateurs ont apprécié cette expérience et espèrent qu’elle pourra avoir des suites.

Équipe
Anthony Masure Agrégé d’arts appliqués et ancien élève du département design de l’ENS Cachan, Anthony Masure est maître de conférences en design à l’université Toulouse – Jean Jaurès. Ses recherches portent sur les implications sociales, politiques et esthétiques des technologies numériques. Son essai Design et humanités numériques a été publié en 2017 aux éditions B42.
Kévin Donnot Designer graphique au sein de l'atelier E+K, cofondé avec Élise Gay en 2011. Kévin Donnot est également enseignant, spécialiste des pratiques numériques, à l’ÉESAB – Rennes et à l’Université Paris 8. Il a publié l’article « Code = Design » dans Graphisme en France, n°18 (2012).
Élise Gay Designer graphique au sein de l'atelier E+K, cofondé avec Kévin Donnot en 2011. Travaillant principalement pour les milieux culturels et institutionnels, sa pratique se développe aussi bien sur papier qu'à l'écran. Élise Gay intervient régulièrement à l'Université Paris 8 et a mené plusieurs workshops dans différentes écoles d'art françaises.