Étoiles / STD2A / Lycée Henri Matisse / Vence

C’est un partenariat d’exception, c’est une aventure culturelle initiée en 2008, aventure imaginée par une ancienne élève d’arts appliqués du lycée, Adeline Sicard. Cette rencontre culturelle d’exception se réinvente entre le Festival de musique des « Nuits du Sud » fondé par Téo Saavedra et le Lycée Henri Matisse au travers de leurs enseignants de Design et Arts Appliqués Gilles Vernus, Gwénaëlle Hazard et Christine Toussaint, et grâce au soutien de la ville de Vence « Cité des Arts » et de la Région Paca, que les élèves de Design et d’Arts Appliqués développent chaque année un travail créatif et inédit de l’illustration, et rencontrent les exigences de la création iconographique au sein du travail de l’édition imprimée d’un livre.
Sont nés de cette culture « polychrome » aujourd’hui, sept tomes « d’Etoiles » qui réunissent et conjuguent les talents artistiques. « Ouvrages qui ouvrent » devant nos yeux à chaque édition, un nouveau recueil d’illustration, singulier, audacieux, coloré, ciselé. C’est une convocation à l’harmonie, à la mémoire, dans un album d’artistes musiciens et d’élèves plasticiens, dans un « album de famille ».
C’est le fruit d’un travail. Depuis bientôt 10 ans, les élèves de 1ère Design & Arts Appliqués du Lycée vençois réalisent un travail de recherches graphiques afin de conjuguer l’image avec la musique. C’est en effet, dans une démarche de documentation élargie, d’écoute attentive, de réflexion reliée à l’intuition, de « dessein », que les « dessins » de matières, de textures, de lumières, sont travaillés afin de se faire l’écho des musiques produites sur scène à chaque été à Vence.
Ce travail artistique en est, depuis inimitable, éminemment créatif, oserai-je dire, – rare –, travail dont l’aspect « inédit » assume la nouveauté, le risque, engageant par la même « les audaces du résultat », recueillies dans ce livre.
C’est l’expression d’un enthousiasme. Pensons que ces élèves sont nos futurs maîtres, et que les expériences réalisées au lycée seront déterminantes pour leurs études supérieures, mais aussi et surtout, dans leur rapport positif au monde, en tant qu’individus au sein d’une société. Ils ont relevé leurs propres défis, aiguisé leurs savoir-faire, et repoussé leurs propres limites. C’est ainsi, qu’à l’intérieur de cette pratique pédagogique, sollicitant l’échange artistique dans la mixité affirmée du festival, se forme la « silhouette éthique » de chaque élève, qui peut concrètement, à tour de rôle, faire don de ses dons.
C’est un regard sur la beauté. Les élèves participent réellement à la magie esthétique du monde, en faisant individuellement l’expérience de la beauté. Ainsi, ils ont travaillé avec élan le regard qui va « vers » la beauté des couleurs, des matières, des compositions, et par là même sont entrés en résonance avec la beauté et la diversité musicale de chaque programme musical du festival, en quête « d’harmonies enfouies » au coeur de l’oreille, au fond de l’oeil, et au dessus de l’âme.

http://www.nuitsdusud.com/livreetoiles.php

Fichier(s) attaché(s)Taille
31 PLANCHE REPORTAGE FR3 3.pdf162.36 Ko
COUVERTURE LIVRE NDS 2015-v3.pdf180.28 Ko